Manifesto of Free Information

This is version 0.1.7, so don't panic: this is only a preliminary draft... In particular, only the complete version should be used. Any help with the writing and/or elaboration of this manifesto and its consistent translation will be welcome.

This text was originally available in french.


Copyright and License

Copyright (c) 1997 François-René "Faré" Bân Rideau DDa(.ng-Vu~

This text is NOT in the public domain, but remains legally the intellectual "property" of its authors.

However, convinced of the inalienable rights and duties relating Freedom of Information, the authors of this text are distributing it under the General Public License of the Manifesto of Free Information, version 1.0 (to be published), or the GNU Library General Public License (aka GNU LGPL), version 2.0 or any later version (at your option).


Yes this document refers to itself! Its ambition is to not be the only one to refer to it.



We, signatories of this Manifesto, proclaim in Part One of said Manifesto that which we believe to be natural and universal verities, relative to Liberty in general, and Freedom of Information in particular.

Because these verities consequentially effect the manner in which a society could and should be organized, we propose in Part Two of this Manifesto a program in which we take it upon ourselves to make these principles known.

Part One: Statement of Convictions

Definitions and Reminders

Throughout this document, we will employ the terms which follow: .....

Universal Principles

We believe that the following principles are natural and universal verities:

Well, there are gobs of things to add, until we can fully justify our position.....

Debunking fallacies

Here are fallacious arguments used by adherents to the publisheracket in their trickery, each one followed by a response.
"Law prohibits the practices you recommend"
Human Laws, by the mere fact of their human manufacture, are not perfect, far from it in fact. They are even less so due to the very active lobbying campaigns financed with money from the racketeers they protect, not to mention their inborn and legitimate inertia. Since Human Laws run counter to the Natural Law of the Universe, (such is in any case the conviction upon which this declaration is founded), all that is needed is simply to change these Human Laws. The inverse proposition, to change the Laws of Nature would be absolutely absurd!

"Photocoplunder kills the book"
Publishers claim that the exercise of the Freedom of Information impedes the remuneration of authors, which then turns potential authors away from writing. In fact, it is the parasites of the publishing houses, media, and distribution themselves who plunder the authors as well as the audience, in skimming an exhorbitant share of profits, in restraining the free circulation of works, and by this restraint, limiting the number of users who would reimburse and remunerate the authors, in creating structures that impede Free Publication, and in restraining access to tools and proficiencies needed to create, in as much as their acquisition and their use themselves require information.

"The publisher carries out a laborious work of editing, typesetting, illustrating, translating, and correcting."
Admittedly! Thus in this measure, and this measure only, the publisher is himself an author, and must be considered as such. On these grounds, and on these grounds only, he is legitimately entitled to acknowledgement from those who take up the editing, typesetting, illustrating, translating, and correcting which he contributed to the work; or rather, through the publisher perhaps, and surely in a more direct manner if possible, acknowledge the people who actually effected this work of editing, typesetting, etc, the publisher being no more than a manager among them. This, the publishers can reasonably lay claim to reimbursement of these costs related to such authoring. But his rights go no further than those of any other author, and stop with his contribution, marginal or essential depending on the cases, to the principal work of the original author.

"The publisher undertakes the task of public relations and advertisement, and therefore must be repaid"
The publishers' situation here is the same as that of any other tradesman. No one would justify that a hawker advertising such and such brand of soap could claim a percentage on all sales of said brand of soap; his work will be remunerated by his own sales. Similarly, a publisher working on a large scale to promote the sales of his editions of a work should not claim rights over any other edition of said work.
Should anyone else, otherwise respecting everyone's rights, and the basic rules of competition, manages to produce and distribute the work at a better price then he only saves the entire world from the additional cost of production and distribution by the original publisher. Authors and readers are both winners; only the masters of an unjustified racket would be losers.
Protectionism is no more justified in publishing than it is elsewhere.

"Publishers render precious services of legal protection of the author and the intégrity of the work"
Les garanties que l'auteur peut avoir vis à vis des tiers relèvent de la loi, et non d'un quelconque contrat avec un éditeur. Il n'y a pas de raison que l'éditeur ou quiconque ait un statut privilégié de ce point de vue. La protection légale est l'affaire d'avocats, et le seul rôle que jouent actuellement les éditeurs est celui d'intermédiaires monopolistiques entre auteurs et avocats. Rien ne saurait justifier un tel monopole et l'intérêt des auteurs moins que toute chose.
Si l'auteur devait sentir le besoin de louer les services d'avocats, il devrait être libre de le faire dans un marché libre; sinon, personne ne devrait l'y contraindre; s'il voulait souscrire un contrat d'assurance pour l'éventualité d'un litige, il devrait encore pouvoir le faire sur un libre marché de l'assurance.
Encore une fois, ce qui est en cause n'est pas le service lui-même, mais le fait que les éditeurs s'arrogent par force l'exclusivité de tous les services réels ou fictifs qu'ils sont censés rendre, à des conditions établies par eux seuls hors de toute libre concurrence de par la concentration verticale de leurs services et la concentration horizontale des moyens de diffusion, et avec la protection inique de la loi et de l'usage actuels.
Sans doute avec la liberté d'information, et libéralisation conséquente de tous les services évoqués, certaines personnes pourront-elles proposer l'ensemble des services revendiqués par les éditeurs, y compris des fonctions de protection légale ou financière, et sans doute l'intégration verticale de ces services pourra-t-elle les rendre plus compétitives; mais cette intégration ne saurait être concentration et monopole.
Ces problèmes sont, nous l'admettons volontiers, autant (et sinon plus) culturels que légaux; ce manifeste revendique entièrement sa portée culturelle autant (et sinon plus) que légale.

"Publishers, themselves subject to hard pressures from distributors, must in some way make up for it"
It just so happens that in numerous countries, distributors, strengthened by a priviledge dating from an Ancien Regime (this is the case in France), in any situation of (quasi-)monopoly, or in whatever possibility of blackmail it may be, exercize themselves a racket on publishers, imposing drastic conditions of payment, service and exclusivity.
But in no case can the abuses, the swindleries of one party justify the abuses, the swindleries of another; being a victim of one does not give one the right of being the executioner/torturer of others, no matter how great the offense suffered and how small the offense exercized in return. Such justification would only lead (as it unhappily too often does) to the infernal spiral of generalized plunder of all by all, to the benefit of the most blatant thieves, and to the detriment of honest hard-working people.
While abuse of publishers is common, this does not give publishers reason to abuse authors; rather, this abuse must be eradicated at its roots. Above all, the Law shall, in principle, cease to protect abuses, and allow to prosecute their perpetrators.

"To copy an intellectual work is counterfeiting"
It would only be one in so far as the copy claims to be the original, in which case severe sanctions against false advertising should in fact be taken.
If the copy acknowledges the original author of the work, and doesn't pretend to be anything else but a copy or an imitation, if it specifies its differences from the original, and explains how to procure the original as freely as the copier could access it, then it is in no way a counterfeit.
Of course, this is no dispensation for the copier and the users of the copy from contributing to the reimbursement of expenses incurred by the authors, proportionately to the usage they make of the work, like any other direct or indirect user should do. The copier shall not falsely sollicit contributions from persons wishing to recompense the true author, nor restrain in any way access to the original.

"The author of a film and its copyright holders must be consulted before it may be colorized"
Everyone's free to do what he will with a film, within the natural limits that have been stated. Particularly, one can blow one's nose into it, spit on it, burn a copy, draw mustaches on the characters, or colorize it. In any case, one can distribute modified versions of the film. However, the respect of authorship demands that doing so, one must clearly make known what the original work was and what modifications were made; one must make it understood that he and not the author undertook said modifications; lastly, one must ensure that people who benefit from a thusly modified copy will have the same Free Access as he had to copies of the unmodified original work. Of course, should the author have approved the modification, he who diffuses the copy could advertise it as such, whereas in the opposing circumstances, no one shall falsely advertise it with impunity.

"It's forbidden to diffuse <such information> through <such media>"
One mustn't mistake Freedom of Information with freedom to publish anything, or freedom to broadcast in anyway, or even freedom to broadcast anything in anyway. The Freedom of Information that we lay claim to consists in not restricting the access to information for people who would volontarily and consciously access it, under the condition that this information be unaltered, and that successive authors be acknowledged, and that successive modifications be specified.
We are opposed to the publication of altered works, unless the original work be available in the same conditions, and it is clearly stipulated that it be at the time of publication. Thus, a broadcast of a document on television would a priori obligate the broadcasting channel to diffuse the original document under the same conditions of marginal gratuity and availability at reasonably equivalent broadcast time. For instance, these conditions are fulfilled when it suffices to adjust the color setting of a TV set to receive a colorized film in black and white.
Moreover, the propagation of information on channels in the public domain fall under the regulation of law concerning said domain. Thus, placarding in public, or broadcasting via radio or television, in particular and not exclusively, causes numerous problems of attacks on freedom of the public, and therefore must be subject to adequate constraints: first of all, because the diffusion in public can reach unwilling people, it doesn't constitute an exercise of free expression, but an attack of the freedom of information of said people, all the more as it doesn't cease immediately at these people's request, and all the more as its ostentatious of offensive character attracts attention. Then again, in so far as a transmission includes elements altering or bypassing the use of reason (through fallacious confusion of contexts for the interpretation of a text, subliminal messages, euphoria-inducing or toxic substances, triggering of mental mechanisms not controlled by the public, etc), it is an attack on the moral integrity of the public, as soon as it is not preceeded with explicit warnings requiring one to explicitly commit one's will so as to access the transmitted material, after having taken full conscience of the exact nature and situation of said elements.
We therefore only believe in Freedom of Expression, when it is a corollary of the Freedom of Information, by which one must be able to know the opinions displayed by whomsoever, and by which any information must be available on any subject to which it is relevant, and not as a preexisting freedom to say anything in anyway.

"If information is free, il n'y aura plus de production de nouvelle information"
THE information n'est pas a service, ce n'est pas une ressource; elle est immanente, ne peut pas être produite, detruite, contrôlee, ou appropriee, elle n'a pas plus à être gratuite ou payante, que les idees et les sentiments. Moins encore que the air que each respire, qui lui est materiel.
Par contre, la recherche of information en general, et la recherche scientifique et technologique en particulier, est a service, et les competences des chercheurs sont une resource. En consequence, les lois economiques s'y appliquent, et la recherche devra être et sera remunere, tandis que les chercheurs pourront librely vendre leur travail. En permettant the essor of a libre market de la recherche à la place des semi-rackets actuels, la recherche florira, et il y aura plus que jamais decouverte de nouvelles informations.
La plupart des arguments macro-économiques opposés à l'encontre de la Libre Information tiennent de la confusion entre l'Information d'une part, qui, étant de l'ordre des idées immatérielles, n'a aucun coût, aucune propension naturelle à être possédé, et le Service de traitement de l'information d'autre part, qui lui est matériel, et représente à la fois un coût et une valeur ajoutée. Ce service, qui inclue la recherche, la création, la transformation, la sélection, la diffusion, la présentation, et l'enseignement de l'information, peut aussi être de l'ordre de la confiance, de la garantie de qualité et de disponibilité, du support technique et du dépannage. Du fait de cette confusion, certains craignent que la Liberté de l'Information veuille dire la gratuité des services afférents à l'information, et donc la mort des industries proposant ces services. Au contraire, la Libre Information implique un libre marché des services de traitement de l'information, là où il y a aujourd'hui autant de monopoles que d'éléments d'information "protégée". Un tel marché implique des services au prix le plus juste pour tous, dont le résultat inévitable sera le développement d'une industrie prospère de ces services.

Original: Because people confuse information and information-processing (processing includes making, transforming, using, etc), they are afraid that free information means free information-processing, which would indeed kill the information-processing industry. On the contrary, free-information would create a free market in information-processing instead of current monopolies, and means information-processing at a fair price, so the result would be a flourishment of that industry!

"Si l'information est gratuite, plus personne n'aura d'intérêt à financer la recherche, et il n'y aura plus d'instituts de recherche privés, ce qui est contradictoire avec vos idées libérales"
Cet argument semble être le plus important de ceux opposés à la libre information. Cependant, il y est facilement répondu, car il repose en fin de compte sur la même erreur que l'argument précédent.
Dans le système actuel, la recherche privée est contrôlée par des organismes spécialisés dans le racket éditorial, dans toute ses formes. La Libre-Information mettrait en effet fin aux sombres agissements de ces organismes. Toutefois, les laboratoires de recherche soumis à ces organismes ne disparaîtraient pas, en ce que ni leur utilité ni leur expédience ne disparaîtraient, car les usagers de l'information auront autant besoin d'innovation dans un monde de Libre Information que dans un monde de Racket Editorial. La Libre Information devrait d'ailleurs les aider à en faire prendre plus encore conscience.
Ainsi, les usagers de l'informatique financeront la recherche et le développement de logiciels; les usagers de la médecine financeront la recherche médicale; les usagers de chaudrons financeront la recherche en chaudronnerie; les fabricants de chaudrons, usagers de machines à fabriquer les chaudrons, financeront la recherche pour l'amélioration de ces dernières; etc. Au bout du compte, il y aurait toujours autant de recherche, mais elle serait demand-driven financée par la libre demande des consommateurs, plutôt que supply/offer-driven financée par l'offre monopolistique des producteurs [ceci est indubitablement à rapprocher de l'article "Abondance, Disette" de Frédéric Bastiat]

"Avec votre système, les chercheurs ne seront plus récompensés"
Notons que dans le système actuel pas plus que dans la Libre Information, les chercheurs ne sont grandement récompensés financièrement: ce sont des industriels et commerçants qui engrangent les bénéfices de la recherche et du développement, tandis que le chercheur en tant que tel est généralement salarié; parfois, un chercheur se transforme en industriel et commerçant pour vendre son idée, mais ce n'est plus en tant que chercheur qu'il est alors rémunéré. Le chercheur en tant que tel voit la rémunération de ses trouvailles dans les prix et subventions qu'il recevra pour la poursuite de ses recherches, pour l'explication détaillée de ses résultats, pour le transfert des technologies qu'il a développée; il trouvera aussi sa récompense dans la facilité accrue de trouver un poste et de choisir son sujet de recherche. La Libre Information établit dans son discours ce qui est un déjà fait; elle est une prise de conscience nécessaire pour permettre de corriger les erreurs, les excès et les défauts de cet état de fait, plutôt que de continuer une fuite en avant dans le mensonge de sa négation.
Une réponse plus synthétique est que lorsqu'une opportunité de service se fait jour dans système économique, elle sera réalisée, et sans doute avec grossièrement les mêmes flux monétaires, indépendamment du système économique, avec les flux optimaux dans un libre marché. Certes, les structures socio-économiques sous-jacentes à ces flux dépendront du système économique; et il n'y a rien de surprenant que dans un système libre, elles seront différentes de ce qu'elles sont dans un système à privilèges ou à monopoles d'Etat. C'est ainsi que la structure socio-économique des institutions de recherches et développement sera complètement différente dans un système de Libre Information qu'il n'est dans le système de privilèges actuels. Cette différence peut être difficile à envisager par un esprit obtus ou obscurci, obnubilé par son environnement immédiat, elle n'en est pas moins possible et inéluctable.
Si les infrastructures actuelles, adaptées au système de privilèges actuel, ne permettraient pas la rémunération de chercheurs et d'auteurs dans un monde où règne la Libre Information, elles disparaîtront donc, pour faire place à des infrastructures plus adaptées. Cette transition sera d'ailleurs sans doute un des défis majeurs du siècle prochain. [[Ouch! Here am I predicting the future!]]

"Avec votre système, les auteurs d'art ne seront plus récompensés"
Souvent, d'aucuns proposent que la Libre Information est en tout cas inapplicable à l'art; et pourtant, cette objection est essentiellement la même que la précédente, et la réponse de même. La seule différence est que les artistes les plus proéminents, vivent et s'enrichissent de "droits" sur leurs oeuvres, ce qui frappe les esprits de ceux qui opposent cette objection. Hors, cette différence n'est que de surface. La plupart des artistes, ceux qui font le travail quotidien pénible de la création et de la performance, sont d'ores et déjà payés à la tâche, pour des travaux de commandes, pour des performances publiques, etc. Les artistes vivant de "droits d'exploitation" ne sont que la face cachée de l'iceberg. Le besoin de commandes et de performances artistiques sera le même, que l'information soit libre ou pas; cette liberté permettra même d'éviter des redondances coûteuses pour tous, et donc de libérer les compétences artistiques pour plus de création. La baisse de prix parfois engendrée correspondra non à une vie plus dure pour les artistes (quoique sans nul doute, un certain nombre de fumistes à la mode auront plus de mal à faire leur beurre), mais à la disparition de la part actuelle des monopoleurs, là où ils sont.
En fait, la peur primale derrière cette objection est celle que l'art pouvant paraître inutile ou frivole, nul ne voudrait se faire mécène, et financer la création artistique. Eh bien, si vraiment l'art était inutile ou frivole, il n'y aurait pas de raison de le rémunérer injustement; tandis que si vraiment il est utile, et répond à un besoin fondamental de l'Homme (ce dont nous sommes persuadé), alors il continuera d'être financé, par tous ceux qui continueront à l'apprécier. Et s'il se trouvait que l'art n'était pas apprécié à sa "juste" valeur, c'est par un effort d'éducation, et non pas d'oppression, qu'il faudrait y remédier.

D'aucuns prétendent que la Libre Information mène pour les créateurs non interprètes, à la rémunération par le seul mécénat, ce qui serait une régression. Or, d'une part, les interprètes et spectateurs, ainsi que toutes les personnes intéressées de quelque manière en la diffusion l'art ou la prospérité des industries apparentées, ressentant sans nul doute un besoin de créations nouvelles, ne manqueront pas de faire de nombreuses commandes, et ne manqueront pas de s'associer pour répartir la charge de ces commandes entre autant d'intéressés que possibles. Enfin, il n'y a rien de honteux au mécénat, bien au contraire, et il ne fait nul doute que tous ceux qui aiment les arts aujourd'hui, et doivent payer la dîme aux éditeurs, seront heureux de contribuer à la prospérité de leurs artistes favoris; ils paieront moins cher, puisque n'ayant pas à payer le prix du monopole, et du coup pourront subventionner plus chèrement les artistes. Bien sûr, la subvention directe des créateurs par leur public demandera la mise en place d'infrastructures de paiement qui soient simples d'utilisation, ne requérant pas par défaut d'effort de la part du public, garantissent le fait que les auteurs, et non des intermédiaires, encaissent l'argent, que l'argent soit réparti de manière connue entre les divers auteurs quand il y en a plusieurs, etc; ces infrastructures doivent aussi permettre au public de pouvoir juger équitablement la quantité d'argent qu'il souhaitent dépenser en faveur des artistes, car il ne fait nul doute qu'un mécénat en double-aveugle nuirait aussi bien au public qu'aux artistes, conduisant à ce que le public ne subventionne pas assez la plupart des artistes, et trop les quelques vedettes du moment. Encore une fois, il s'agit là d'un effort d'éducation à faire, qui sera facilité par le libre accès du public à l'information lui permettant de juger.

On peut d'ailleurs retourner la question, et demander en quoi le système monopoliste bénéficie en quoi que ce soit aux auteurs. Le système favorise bien plutôt les détenteurs de droits et d'image de marque, au détriment des auteurs et artistes véritables, qui se font nègres et autres contractuels, au service de quelques éditeurs et vedettes qui occupent le devant de la scène. La loi, en encourageant la détention et la rétention d'information, ne permet pas au public de connaître les véritables auteurs et artistes, et ne permet pas à ceci de se faire (re)connaître, sauf dans les cas marginaux où ces artistes se trouvent aussi être des vedettes soutenues par tel ou tel lobby médiatique. Le monopole cultive donc le vedettariat plutôt que l'art lui-même, au détriment des artistes.

"Il y aura moins of argent depense dans la recherche"
C'est là une possibilite. OF a autre côte, la fin du Racket Editorial fera que de nombreuses recherches redondantes seront rendues inutiles, qui ne menaient qu'à retrouver each de son côte des decouvertes non partagees. La pression de selection sur la R&D s'en trouvera accrue, et chercheurs et developpeurs n'en seront que plus efficaces, ce qui compensera la baisse initiale possible des credits.

"Le secret de l'information est nécessaire au commerce"
Cet adage est du même acabit que ceux qui font du commerce un jeu à somme nulle, où il faudrait un perdant et un gagnant. Or, ainsi que l'on démontré les théories économiques libérales depuis leur début, le commerce, l'échange, et la coopération fonctionnent justement en ce que ce sont des jeux à somme positive, où tous gagnent à participer. Eliminer les effets parasites dûs à une mauvaise information, ne nuira aucunement au commerce, et le fluidifiera au contraire. Certes, cela rognera certaines marges exhorbitantes qui profitent à d'aucuns commerçants qui profitent du manque d'information du public pour gonfler leurs prix; mais cela ne nuira aucunement au moindre travail utile, et sera d'un grand bénéfice pour l'ensemble du commerce.

"Les pays occidentaux ne seront plus competitifs par rapport aux nouveaux pays industrialises"
S'ils ne le sont plus, c'est qu'ils vivent au-dessus de leurs moyens. Ils devront s'adapter de toute façon, et en refusant de the admettre, ils ne font que repousser the echeance et aggraver leurs problemes.

"La societe actuelle n'est pas prête pour a tel systeme"
Sans doute y a-t-il actuellely a deficit culturel en defaveur of une telle recherche qui serait demand-driven financee par la demande, plutôt que offer-driven financee par the offre. Les habitudes des citizens et usagers sont de reposer sur the Etat et les divers rackets monopolistiques pour ce qui est de la production de trop nombreux services, et of accepter comme naturelle leur pretention à lever a racket sur des informations immaterielles. Les entrepreneurs risquent de ne pas voir ou prendre en compte leur interêt à financer la recherche. Nombreux sont ceux qui se lanceraient dans the argent facile, investissant dans des activites rentables à court-terme, puis laissant à of autres le soin de payer pour la faillite à long-terme des entreprises creees.
Ceci est indubitablely à rapprocher de la douleureuse sortie du communisme des pays of Europe de the Est: certes le peuple s'etait adapte à a tel regime pourri, et eprouve de grandes difficultes à se readapter à une economie de market. Mais ce n'etait que plus, et non moins, une reason of en changer; le retard ne fait qu'envenimer la situation.
En conclusion, the effort que nous avons à fournir en matiere of education des citizens, usagers, et entrepreneurs n'est que plus grand et plus urgent, compte tenu de ces difficultes. Nous ne pretendons pas etablir du jour au lendemain a systeme completely different et laisser les citizens deboussoles s'y perdrent tandis que de petits malins en profiteront pour les escroquer. Nous demandons de prevoir et de preparer une transition necessaire, qui se fera de toute façon, et qu'il vaut mieux bien mener, volontairely, consciemment, et en douceur, plutôt que de la subir, involontairely, inconsciemment, et brutalely.

"The publishing lobbies are so powerful that you'll never manage to vanquish them"
The battle will be long and difficult, but Free Information shall triumph eventually, pour la bonne et simple reason qu'elle est a meilleur systeme, et que les pays qui commenceront à the appliquer malgre la puissance des lobbies gagneront vite une croissance economique irresistible, et creeront une situation telle que tous les autres pays devront s'y adapter, même à contre-coeur, à moins de lancer le monde dans a conflit destructeur.

Le but de ce Manifeste est d'aider à ce que cette vérité soit mieux comprise, et que le moment où elle éclatera arrive donc le plus tôt possible, et dans les meilleures conditions possibles, au bénéfice de tous (sauf des monopoleurs).

"You communist!" or "You libertarian!"
It is very amusing to see how one can be named in so diverse and opposite ways, when one is insulted by some people or other people. Ad hominem arguments have always been fallacies, of course. According to a precise given definition of "communist" or of "libertarian", we could probably claim our being of such tendancy, or explain our divergences from it, or reject it with disgust and show how nonsensical it is. However, when invoked as slogans or insults, these words are used not only without any consistent definition, but against any definition, any meaning, any logic, as a standard of a party to cherish or to shout down, by reflex, and by a thoughtful decision. We can but despise such a practice, and deplore the baseness in which grovel those that use it, whether it be consciously or not.

Partie II: Program of action

Proposed Activities

La seule force que nous reconnaissons etant dans la Loi, à laquelle nous ne reconnaissons par ailleurs que le rôle limite de garantir the integrite des personnes, des biens, des contrats, nous nous proposons les actions suivantes pour promouvoir la reconnaissance, dans la theorie comme dans la pratique, des principes que nous avons precedemment enonces: .....

Erreurs à Eviter

"Vous recommandez de violer la loi."
Le fait que nous croyions la loi mal faite, et contestions sa validite n'implique pas que nous recommandions de violer la loi, voire de la bafouer systematiquely. Au contraire, nous croyons ardemment au principe de la legalite, et demandons de ne violer la loi qu'en une derniere extremite que cette loi elle-même reconnaît generalely être a droit imprescriptible. Ce que nous recommandons est the amendely de la loi humaine, une modification qui la mettrait en accord avec la loi naturelle.

"Vous pretendez avoir des activites politiques, mais vous n'avez pas de program"
La Liberte of Information est dejà tout a program en soi, bien plus que les vains slogans ânonnes par les divers partis qui se partagent habituellely le pouvoir, et leurs miroirs aux alouettes. Il s'agit bien, dans une democratie, de donner au peuple de moyen of exercer son pouvoir autrely qu'au hasard, de se prendre en charge plutôt que de s'abandonner aux illusions prêchees par les uns et les autres.


Long live Freedom of Information! Down with Racket and Oppression!

Appendice A: proposed General Public License

Cette license reprendra essentiellely pour elle les conditions exposees dans the GNU Library General Public License, version 2.0, auxquelles elle rajoutera des restrictions excluant de la license toute personne se livrant à des activites de racket editorial, de façon à ce que the oeuvre publiee ne puisse aucunely leur profiter.



License Publique Generique du Manifeste de la Liberte of Information,
Termes et Conditions concernant the Utilisation, la Copie, la Distribution, et Modification
of oeuvres de the esprit

Toute personne physical ou morale, qui se livrerait à the publisheracket, tel que definit plus bas, ainsi que toute filiale ou tout associe of une telle personne, est exclue de cette license: une telle personne ne se voit ici accordee auca droit of aucune sorte, et cette license n'accorde pas à quiconque le droit de transmettre a quelconque droit à de telles personnes. Une telle personne, si elle tient à utiliser ou redistribuer cet ouvrage, devra se mettre en contact avec the auteur, dans le but de trouver a arrangely, et de se voir delivrer une license specifique.

Est consideree coupable of publisheracket toute personne qui atteint à la liberte of information des individus, en pretendant avoir sur une oeuvre intellectuels des droits autres que celui of en être reconnu comme the auteur et de se voir rembourser eventuellely the investissely materiel et temporel qui lui a ete strictely necessaire au developpely de cette oeuvre.

Ainsi, est coupable toute maison of edition pretendant empêcher la production et la vente par of autres personnes de copies et de derivatifs of a ouvrage, alors même que:


Fin des termes et conditions

Comment interpreter ces termes et conditions

Ainsi, si tant est que ni vous, ni aucune personne à laquelle vous comptez redistribuer cette oeuvre, ne vous livriez au racket editorial, vous pouvez librely utiliser et redistribuer cette oeuvre ou tout derivatif de votre goût, si tant est que vous reconnaissiez clairely et fassiez clairely reconnaître la part of autorat qui revient à chaque auteur de chaque elely de the oeuvre, ainsi que le droit de each of eux à a juste remboursely des frais induits par cet acte creatif, et les principes de la Liberte of Information, sans poser comme condition supplelyaire que quoi que ce soit de plus soit reconnu.

Il est bien entendu que la non-exigibilite of une taxe sur les oeuvres of esprit au-delà du remboursely des frais necessaires à leur creation n'entraîne en auca cas une quelconque interdiction de faire volontairely des dons quelconques aux auteurs et aux editeurs, ou of instaurer des infrastructures dans le but de favoriser de tels dons.

Il va aussi de soi que des services comme the impression de livres et leur distribution doivent être retribues pour leur juste valeur. Cependant toute taxe prelevee sur cette retribution, portant sur une soi-disant "propriete" intellectuelle, et revenant à a editeur, a syndicat, ou autre, releverait de la spoliation. Par contre, tout mechanisme, pouvant eventuellely se declencher lors de cette retribution, permettant la gratification des auteurs sur une base volontaire et informee, est le bienvenu.

Il est enfin normal que toute personne bafouant le droit des auteurs à être reconnus comme tels, aussi bien que toute personne bafouant le droit de tout a each de pouvoir librely penser, doive être poursuivie et châtiee of autant plus severely que ce crime serait volontaire.

Comment utiliser cette license pour vos propres oeuvres

Pour appliquer les termes et conditions de cette license aux oeuvres de votre esprit, inserez les paragraphes suivants au debut de la documentation accompagnant votre oeuvre.

THE oeuvre of esprit <INSERER LA DESIGNATION DE THE OEUVRE>, ci-apres designee par ``the oeuvre'', est distribuee sous couvert de la License Publique Generique du Manifeste de la Libre Information, version 1.0

Appendix B: Bibliography

Paper works

Hypertext links on the Web

Appendix C: List of signatories


To Do on this page

Faré -- François-René Rideau -- Ðặng-Vũ Bân